Text Size:

Etre à vos côtés N° 19

SANTÉ AU TRAVAIL : SORTONS DE LA FATALITÉ

Les chiffres ne sont pas trompeurs. L’aide à domicile est un des secteurs les plus accidentogènes. Comparée à la moyenne, tous secteurs confondus, la fréquence des accidents de travail est multipliée par 3. Et cela empire chaque année. Malgré les impacts sur les organisations, les mesures prises sont souvent insuffisantes. Peut-être estime-t-on que le jeu n’en vaut pas la chandelle ou que le domicile est un lieu d’intimité à préserver…Pourtant, à partir de nouveaux schémas, il est possible de lutter contre l’isolement
des intervenants à domicile, la méconnaissance des risques liés à chaque foyer et la fatalité de l’absentéisme, de l’accidentologie et du licenciement pour inaptitude…

Produire une autre culture du risque, c’est concilier plusieurs éléments. C’est d’abord croiser les conditions d’accompagnement des personnes fragiles avec les conditions de travail des intervenants. C’est aussi considérer les limites de l’intervention avec celles des professionnels qui œuvrent à domicile.C’est encore, à partir de l’évaluation initiale, conjuguer la réponse aux besoins avec les moyens obtenus pour y faire face (autrement dit, que le plan d’aide soit en adéquation avec les objectifs de la personne accompagnée et du service).
Enfin, sécuriser la bonne santé physique passe par la prévention de la santé psychique au travail, donc de la qualité de vie au travail. Les leviers sont nombreux et, dans un projet de prévention, ils doivent être activés avec pertinence, avec méthodologie et, surtout, avec souplesse. L’Association a fait le choix d’un engagement fort auprès des professionnels : persévérer à faire de l’AAGDA une structure où travailler constitue un facteur d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.